Cours > PPP > Article IA >

Article sur le thème de la réalité augmentée

Auteurs de cet article: Da Silva Thibaut, Aouragh Youssef, Boin Alexandre et Bazin Maxence

La Réalité Augmentée dans notre société

La réalité augmentée (d’acronyme “RA”) est un procédé technologique qui a été inventé dans les années 2000, et qui a connu un essor considérable ces dernières années. Cette technologie fait rêver tant pour les révolutions qu'elle pourrait nous apporter, que pour ses applications qui semblent infinies. Le terme de réalité peut s’appliquer pour nos cinq sens, mais on constate que de nos jours, ce procédé est principalement développé pour la vue, via des lunettes spécialisées ou des applications pour smartphones et tablettes par exemple.

Mais ce dispositif est-il apte à révolutionner notre quotidien dans un futur proche ?

Nous verrons tout d’abord le principe de fonctionnement de la réalité augmentée et ses supports d'utilisation, et nous parlerons ensuite de ses applications actuelles ainsi que des bénéfices et avantages qu’elle nous apporte. Enfin, nous évoquerons les limites et les problèmes liés à l’usage d’une telle technologie.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut préalablement définir ce qu’est la réalité augmentée exactement, expliquer son fonctionnement et ses moyens de supports.

Donnons une signification à l'expression “Réalité augmentée”, pour que tout le monde puisse comprendre de quoi nous allons parler. Cette technologie a un fonctionnement assez fou pour ceux qui n’en n’ont jamais entendu parler. Elle permet d’ajouter numériquement des stimulis sur nos 5 sens (la vue, le toucher, l’odorat, le goût et l’ouïe), mais sans les remplacer pour autant : elle les “augmente”. C’est ce qui par conséquent l’oppose à la réalité virtuelle qui, par exemple, isole notre vision du réel et la remplace par une vision d’un monde virtuel projetée sur un casque.

En somme, la réalité augmentée est la superposition d’éléments virtuels à notre réalité, une représentation numérique actualisée en temps réel grâce à l’outil informatique.

Ces éléments virtuels superposables sont en théorie illimités. Cela peut aller d’une simple interface en 2D qui nous apporte des informations, en passant par des vibrations ressenties par une partie de notre corps, pour nous avertir d’un événement particulier, ou bien simplement de la musique se jouant à un moment particulier. Les utilisations de la réalité augmentée sont aussi variées que nos sens le permettent.

Les possibilités d’ajouts sont très diverses, et les supports le sont tout autant. On peut les catégoriser en deux groupes, et l’un ne peut marcher sans l’autre : d’un côté, on a l’architecture matérielle, de l’autres l’architecture logicielle. Les utilisations actuelles sont plus tournées vers la vue. La façon classique et dont tout le monde connaît le principe est d’ajouter une image par dessus une vision de la réalité, grâce à des lunette ou un écran smartphone et une caméra.

Dans les supports les moins connus, on peut par exemple citer le dispositif “North Sense”, qui permet à son utilisateur de ressentir une vibration sur son torse quand celui-ci est orienté vers le nord. À court terme, grâce à ce dispositif, l'utilisateur aiguisera son sens de l’orientation et saura vers quel point cardinal il est dirigé.

Pour finir, la réalité augmentée est une technologie qui n’a pas de forme et d’application précise mais qui a pour but de rajouter des éléments au réel de l’utilisateur. Et cette technologie est source de nombreux bénéfice dans beaucoup de domaines.

Illustration de l'article par une photo

Photo réalisé par Bram Van Oost

Inventée tout d’abord dans un but militaire, les bénéfices de la réalité augmentée se sont propagés petit à petit dans plusieurs autres domaines, comme le domaine de la santé, de l’industrie, du divertissement (jeux vidéos, télévision...), et même chez les particuliers. Ses avantages sont nombreux et variés. Cette technologie permet notamment d’accélérer les prises de décisions, avec par exemple des lunettes équipées par des ouvriers, qui permettent d’indiquer précisément les tâches qu’ils doivent effectuer. Elle permet également une réduction du temps de formation de futurs employés, en améliorant la visualisation, elle offre un meilleur apprentissage ; une optimisation des processus industriels, et par la même occasion une réduction des erreurs professionnelles (comme par exemple un mauvais positionnement lors du montage d’un composant). La réalité augmentée permet aussi de mieux s’organiser en groupe : chez Airbus, un modèle des lunettes de RA Hololens de Microsoft a été mis à disposition de militaires, pour leur offrir une visualisation 3D du champ de bataille lors de leur entraînement, améliorant grandement la stratégie de groupe. Elle améliore également le confort de vie, et facilite le quotidien de l’utilisateur, avec par exemple une application permettant de visiter un musée de manière animée à travers son smartphone. Cette technologie est également très utilisée pour la rééducation de personnes paralysées.

Ainsi, à travers de nombreux avantages, les entreprises utilisant cette technologie augmentent leur production, leurs ventes et donc leur profit. En effet, malgré un investissement considérable dans cette technologie, sur le long terme, les entreprises rentabilisent leur achat grâce à leur gain de temps, de productivité, de qualité ; et à l’amélioration de la formation et l’apprentissage. Selon une étude menée en 2018, 75% des entreprises ayant investi dans la réalité augmenté à grande échelle tirent plus de 10% de bénéfices supplémentaires.

Malgré ses nombreuses applications très avantageuses et bénéfiques pour l’Homme, la réalité augmentée présente de nombreux problèmes technologiques et éthiques.

En ce qui concerne les problèmes technologiques, la réalité augmentée n’est en effet qu’à ses début. La prix non abordable de la technologie constitue sa première limite. La seconde limite est celle de l’interface homme-machine. Ce procédé nécessite des supports physiques (téléphones, tablettes, lunettes...) et des logiciels (applications, programmes de simulation) pour fonctionner. Il est presque indispensable d’installer une application, et de posséder un grand écran afin de profiter au mieux de cette technologie, ce qui n’est pas toujours le cas. Cependant, des solutions innovantes sont déjà proposées afin d’y remédier. Les Hololens par exemple, permettent une utilisation plus pratique de la réalité augmentée. En effet, dans un avenir proche, cette interface sera probablement démocratisée et jouer à un jeu avec un ami en posant simplement les lunettes sur son nez sera envisageable.

De nombreux problèmes éthiques se posent également par l’utilisation de cette technologie. Tout d’abord, du côté professionnel, le terme de “robotisation” des employés est récurrent dans les critiques de la réalité augmentée. En effet, comme nous l’avons vu dans notre seconde partie, cette technologie nous apporte des aides immenses dans les domaines industriel et médical. Cependant, le fait d’accomplir des tâches à l’aide de ce procédé peut en quelque sorte “robotiser” les employés et leur retirer toute réflexion nécessaire à l’accomplissement de ses tâches. Cela aboutirait donc à du personnel effectuant son travail sans aucune réflexion ni remise en question, en suivant de simples indications, comme des robots.

Le second problème éthique posé est la confidentialité : bientôt, la technologie de la réalité augmentée couplée à une interface telle que des lunettes, nous permettra par un simple regard vers un personne, de connaître toutes les informations à son sujet, que ce soit son nom, son prénom, son âge, grâce à son profil sur les réseaux sociaux. Cela pose donc un problème énorme en tant que personne qui veut garder confidentiel ses informations personnelles. De plus, l’acceptation sociale jouera un facteur énorme dans ce système. En effet, d’après les informations que l’on pourrait récolter en regardant simplement quelqu’un, on pourrait décider de vouloir le côtoyer ou non.

On voit alors bien que de nombreux problèmes se posent, et nous ne les avons pas tous cités. Ces problèmes freinent alors l’essor de la réalité augmentée, ainsi que sa démocratisation.

Ainsi, comme nous l’avons vu à travers cette présentation du fonctionnement et des applications de la réalité augmentée, il est évident que cette technologie va apporter une révolution dans notre société, remettre en question la manière dont celle-ci fonctionne actuellement. Cette technologie n’en est certes qu’à ses débuts, mais elle a prouvée de quoi elle serait capable dans quelques années, et saura se faire adopter dans des domaines très variés. Du fait de sa jeunesse, les moyens d’y accéder sont encore limités, et leurs coût peut sembler vraiment élevé pour certain s’interrogeant encore sur la rentabilité de cette technologie. En effet, cette dernière a déjà montré certaines limites et amené à des problèmes qui devront être maîtrisés afin d’en faire un outil fiable et démocratisé.